Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Comment définir la paix ?

La paix n'est pas l'absence de guerre, ni le contraire de la guerre. Définir la paix comme l'absence de guerre réduit la paix à une vision vide, passive, incomplète et lointaine. Le champ de la paix est bien plus vaste, car le champ de la violence est bien plus vaste que celui de la guerre*. Mais la paix n'est pas non plus l'absence de violence, elle est le contraire de la violence.

La paix est une activité, pas une passivité. Elle est un engagement qui se pratique tous les jours dans toutes nos interactions. Etre un spectateur passif face aux interactions violentes des autres tue la paix. Rester passif envoie le mauvais signal. Cela autorise les violents à augmenter la violence. C'est en formant un contrepoids, majoritaire, où la paix prime dans les interactions humaines, qu'on peut susciter une remise en cause des "violents" et les éveiller au meilleur d'eux-mêmes. En restant passif, on se désolidarise de cet effort de contrepoids, on fait le choix de la violence des autres, même si on est le plus doux des êtres.

La paix demande une combativité positive dans nos relations et tout autant face à nos propres impulsions. Mais définir la paix comme le combat gagné de la raison contre les instincts est faux. Ce n'est pas par le combat qu'on atteint la paix intérieure, mais en cultivant un état intérieur d'apaisement. A l'opposé d'un combat, c'est une relation à construire; avec soi-même, puis avec les autres, où la raison ne suffit pas, il faut aussi le cœur.

La paix est un tissage perpétuel de relations chaleureuses de bon voisinage basée sur les valeurs humaines et la créativité des uns et des autres pour dépasser les difficultés, les heurts et ses propres frustrations.

La paix est une relation de bien-vivre ensemble, solide et durable, basée sur le respect, la sérénité, la cordialité et la bonne intelligence entre humains. Elle est fondée autant sur l'expression du cœur que sur la raison. C'est par la chaleur humaine qu'on peut transcender la violence.

La paix est un choix de vie où les interactions humaines se fondent sur des élans d'humanité capables d'inverser les tendances à la violence des puissants, des vindicatifs et des personnes en colère, en touchant leur cœur et leur raison. Un choix de vie à la fois individuel, collectif, économique et politique.

Si la violence semble omniprésente, alors les champs de la paix sont omniprésents aussi. A nous de les cultiver.

Delia Mamon, pour Graines de Paix, 6 mars 2007

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

(*) L'évolution de la définition des mots paix et violence fait l'objet de plusieurs études scientifiques reconnues. Voir par exemple David Adams et Johan Galtung. La non-inhérence de la violence est également abordée par la Déclaration de Luarca de 2006, actuellement discutée à l'ONU, pour introduire la demande d'établir le droit humain à la paix.

Déclaration LUARCA.pdf