Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

ABDUL-BAHÀ (né EFFENDI Abbas)

ABDUL-BAHÀ (né EFFENDI Abbas)

Homme de paix, fils ainé du fondateur de la religion Bahà'ie, Bahà'ullàh, il fut celui qui en explicita l'essence dans de très nombreux écrits et conférences.

Perse
1844 -  1921

Biographie

Abbas Effendi (le futur Abdul-Bahà) est né en Perse d'une famille de riches notables persans, musulmans chiites d'origine.

On ne peut expliquer qui il est sans parler d'abord de son père, Bahà'ullàh, fondateur de la religion bahaïe:
Mirza Husayn Ali (le futur Bahà'ullàh) devient à 27 ans l'un des premiers disciples d'un jeune précheur surnommé le Bab (la porte), qui élabore une variante du Chiisme fondée sur l'arrivée imminente du "promis", "manifestation de Dieu". Le mouvement se réunit en 1848 et proclame la sécession complète de l'Islam, choix que soutient Mirza Ali. Dès lors, les membres sont tués en nombre, le Bab est exécuté en 1850 et le futur Bahà'ullàh est emprisonné en 1852. C'est alors qu'il vit des expériences mystiques et il ressent être le "promis" annoncé par le Bab, mais n'en parle pas encore. Il est ensuite libéré, puis forcé à l'exil en 1852, avec sa famille. C'est en 1863 qu'il annonce être le "promis" durant un séjour de 12 jours dans un jardin avant un nouvel exil. A partir de là, commence l'émergence de la foi baha'ie, comme distincte du babisme. Il commence alors à écrire une série de missives aux dirigeants du monde les exhortant à instaurer la paix universelle. Après d'autres exils forcés, l'empire ottoman l'envoie en 1868 en prison à Acre (Palestine d'alors) où il restera emprisonné jusqu'en 1877. Il vit ensuite non loin d'Acre et y meurt en 1892. Durant sa vie, il aura rédigé plus de 15'000 écrits (livres, lettres (dites tablettes), et prières) exhortant l'unicité et l'harmonie de l'humanité, et aussi l'éducation, les vertus humaines, l'égalité entre hommes et femmes, et plus.

Abbas Effendi (le futur Abdul-Bahà) est formé par son père dès avant son adolescence et devient très vite le fils spirituel et plus proche compagnon, qu'il restera tout au long de la vie de son père. Dans son acte de testament, son père le désigne comme son successeur et lui donne le nom d'Abdul-Bahà. A la mort de son père en 1892, il devient ainsi, à 48 ans, la nouvelle autorité spirituelle du Baha'isme, transforme le mouvement en une véritable nouvelle religion, structure pour cela la communauté grandissante qui essaime à travers le monde et développe plus en avant les pensées de son père afin de mieux contribuer encore à la paix universelle. Durant cette période, il est lui-même emprisonné par les autorités ottomanes en Palestine, période durant laquelle il a pu beaucoup écrire et maintenir le contact avec de nombreux adeptes de par le monde. Libéré en 1911 à l'âge de 67 ans, il commence à voyager en Europe et en Amérique. S'en suit la première guerre mondiale, durant laquelle il exhorte les pouvoirs à prévenir cette guerre et viser une fédération mondiale. Il meurt en Palestine en 1921 à 87 ans.

Publications

  • L'art divin de vivre (1920?)

Les deux ailes de l'humanité

Comme l'oiseau, l'humanité possède deux ailes - l'une mâle, l'autre femelle. Si les deux ailes ne sont pas également fortes et mues par une force commune, l'oiseau ne peut s'envoler vers le ciel.

  • Thèmes : Femme
  • Citation

Pour permettre la grandeur de l'homme

Aussi longtemps que les femmes seront empêchées d'atteindre leurs plus hautes possibilités, les hommes seront incapables de réaliser la grandeur qui pourrait être la leur.

  • Thèmes : Femme
  • Citation

Qualités et défauts

Si un homme a dix bonnes qualités et un défaut, considérer les qualités et et oublier le défaut, et si un homme a dix défauts et une qualité, retenir celle-ci et oublier les dix défauts.