Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CESBRON Gilbert

photo

Ecrivain, romancier, essayiste, auteur dramatique d'inspiration catholique.

Français
1913 -  1979

Biographie

Après des études au Lycée Condorcet à Paris, puis à l’Institut des sciences politiques, Gilbert Cesbron débute sa carrière professionnelle à la radio. Parallèlement il se consacre à sa passion, l'écriture. Son premier recueil de poèmes, "Torrent", est publié en 1934.
En 1944, "Les Innocents de Paris", son premier roman (publié en Suisse), est un véritable succès, il reçoit le prix de la Guilde du Livre.
En 1948, avec "Notre prison est un royaume", il reçoit le prix Sainte-Beuve.
Sa notoriété s’affirme en 1952, lors de la publication de sa célèbre pièce "Il est minuit, docteur Schweitzer", pièce adaptée à la radio et à l'écran.

Gilbert Cesbron aborde les thèmes de l'actualité avec beaucoup de pudeur, de sensibilité, et de sincérité, ce qui lui attire de nombreux lecteurs.
La misère, la souffrance des plus démunis sont des sources d'inspiration, comme le travail des prêtres ouvriers dans "Les saints vont en enfer", les difficultés des jeunes dans "Chiens perdus sans collier", l’euthanasie dans "Il est plus tard que tu ne penses ", ou les problèmes de violence (et la non-violence) dans "Entre chiens et loups."

Dès 1972, il s'engage dans des actions sociales et humanitaires, et contribue au Secours Populaire Français.
En 1978, il reçoit le Prix de la Ville de Paris pour l’ensemble de son œuvre.

 

Publications

  • Ce que je crois (1973)
  • Entre chiens et loups (1962)
  • Il est plus tard que tu ne penses (1958)
  • Chiens perdus sans collier (1954)
  • Il est minuit, docteur Schweitzer (1952) pièce de théâtre
  • Les saints vont en enfer (1952)
  • Notre prison est un royaume (1948)
  • Les Innocents de Paris (1944)

Bonne conscience

Parce que beaucoup font un bon usage de leurs privilèges, ils pensent les avoir « mérités ». C’est un jeu de mot bien réconfortant ; mais lorsqu’on s’embourbe à ce point dans la bonne conscience, il faut reprendre pied et repartir de l’essentiel qui est le respect passionné de la personne humaine.

Innocence

Une autre idée que je me fais sans preuve (sans autre preuve que de ne pouvoir m’en départir), c’est qu’au commencement était le bien. Le bien, le beau, le vrai, ce qui est tout un.

  • Thèmes : Peur
  • Citation

Qualité "humaine"

D’un être ouvert aux autres, on dit : « il est humain. » Ce qui ne devrait être qu’une définition est devenu une qualité. Quel abîme !

Respect de l'être aimé

Lorsqu’un corps ou un visage t’attire, songe que les prendre serait proprement les voler à celui qui a donné ou s’apprête à donner toute sa vie en échange.

  • Thèmes : Amour
  • Citation