Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Décharger le "mauvais élève" de son fardeau

Nos mauvais élèves (élèves réputés sans devenir) ne viennent jamais seuls à l’école. C’est un oignon qui entre dans la classe : quelques couches de chagrin, de peur, d’inquiétude, de rancœur, de colère, d’envies inassouvies, de renoncement furieux, accumulées sur fond de passé honteux, de présent menaçant, de futur condamné. (…)

Le cours ne peut vraiment commencer qu’une fois le fardeau posé à terre et l’oignon épluché. Difficile d’expliquer cela, mais un seul regard suffit souvent, une parole bienveillante, un mot d’adulte confiant, clair et stable, pour dissoudre ces chagrins, alléger ces esprits, les installer dans un présent rigoureusement indicatif.

  • Source : Chagrin d’école. Paris : Gallimard.
  • Date de publication : 2007
  • Thèmes : Empathie , Peur , Éducation
  • Commentaire :

    Retrouvez cette citation (et beaucoup d’autres) dans les manuels de notre collection « Grandir en paix ».

photo PENNAC Daniel

Écrivain, scénariste.