Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Attitudes

1926

Ce qu'on inflige à l'autre

Si tu es blessé par autrui, tu peux oublier la blessure. Mais si tu le blesses, tu t'en souviendras toujours.

2004

Fabriquer son intelligence

Pour devenir idiot, il suffit de rester passif. Pour fabriquer son intelligence, il suffit de faire fonctionner son cerveau.

2011

Comment vivre ses émotions selon le bouddhisme

Si, lorsque l'esprit ressent quelque chose de plaisant ou de déplaisant, il comprend les choses simplement comme ils sont, alors il n'a a pas de souffrance. Si vous ressentez la tristesse, sans un désir intense que cette tristesse s'en aille, vous continuez à ressentir la tristesse, mais sans en souffrir et peut-être en y trouvant une richesse. Si vous ressentez de la joie sans désirer que cette joie perdure et s'intensifie, vous continuez à ressentir de la joie sans perdre votre paix intérieure.

Mais comment faire pour que l'esprit accepte les choses telles qu'elles sont, sans désir intense de les voir disparaître à jamais ou ne jamais disparaître? Comment faire pour accepter la tristesse comme tristesse, la joie comme joie, la douleur comme douleur? Gautama* développa un ensemble de techniques de méditation qui entraîne l'esprit à ressentir la réalité telle qu'elle est, sans autres attentes. Ces pratiques entraînent l'esprit à focaliser sa pleine attention sur la question "Qu'est-ce que je vis en cet instant?" plutôt que "Que voudrais-je plutôt vivre en cet instant?" (...) Quand les flammes des désirs d'autre chose s'éteignent complètement, le désir de ce qu'on n'a pas est remplacé par un état serein de contentement parfait, appelé nirvana (qui signifie extinction du feu). Ceux qui atteignent l'état de nirvana sont pleinement libérés de toutes souffrances. Ils ressentent la réalité avec clarté, libre de fantaisies illusoires. Bien qu'ils ressentiront très certainement encore des expériences déplaisantes ou douloureuses, ces expériences ne sera plus source de détresse. Une personne qui n'est pas en demande ne peut pas souffrir."

* Le prince Gautama, appelé Bouddha (celui qui est éclairé), à l'origine du Bouddhisme.

Civilité

Bonnes manières et comportements de respect permettant de vivre ensemble au mieux, de façon pacifique et pacifiante, sans affronts, nuisances ou dégradations, dans la bonne compréhension des règles et usages. Voir aussi: politesseincivilitésvivre-ensemble.

Eudémonique/Eudémonisme

Définition utilisée en sciences sociales

Forme de bonheur existentielle qui naît lorsque la vie, les activités et les actions menées par une personne lui apportent du sens. 

 

Définition philosophique

Comportement qui procure le bonheur par sa moralité - en étant en accord avec sa conscience (Platon), en contemplant et agissant dans la vérité (Aristote), en apportant, par là, sérénité à l'esprit (Epicure).

Intelligence émotionnelle

I. Capacité à prendre de la hauteur par rapport à ses émotions et à celles des autres, et de pouvoir par là:

  1. comprendre les causes et effets des émotions
  2. les reconnaître chez autrui
  3. reconnaître ses propres émotions
  4. avoir des émotions justifiées
  5. réguler ses propres émotions
  6. gérer les émotions d'autrui

Source: David Saunders, conférence du 20.4.2016, Radix, Collège de l'Elysée, Lausanne.

Ces composantes sont chacune centrales aux dynamiques de la culture de la paix, et le 6e point - la capacité d'aider les autres à gérer leurs émotions - est au coeur des réflexes de paix

1926

Défendre ses valeurs… ou ses erreurs

N'est-il pas étrange de nous voir défendre plus farouchement nos erreurs que nos valeurs ?

2004

Recommencer pour mieux comprendre

La vraie forme de l'intelligence, c'est comprendre qu'on n'a pas encore compris, et de faire le nécessaire pour comprendre quand-même.

2004

La responsabilité de devenir intelligent

On est doué parce qu'on s’est donné à soi-même son intelligence. On est tous responsable de devenir plus ou moins intelligent.

11 avril 2018

Bonheur National Brut et Education

La philosophie qui nourrit le la réflexion sur le Bonheur National Brut (BNB) estime qu'il ne peut y avoir de transformation d'une société sans changement personnel. Pour qu'une économie soit bienveillante, il faut que l'individu développe sa propre capacité à la bienveillance. Une société reflète les croyances des individus qui la composent : pour que se mettent en place des structures respectueuses de l'environnement et des autres êtres humains, il faut que ces qualités-là soient pratiquées et vécues par chacun. La bienveillance, la compassion, la résolution des conflits dans le respect mutuel étant des compétences qui s'apprennent et s'exercent, introduire un indice du bonheur national brut implique entre autres de développer ces compétences dans l'éducation."