Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Émotions

inconnue

Racisme et émotions

Un raciste est quelqu'un qui se trompe de colère".

 

2011

Comment vivre ses émotions selon le bouddhisme

Si, lorsque l'esprit ressent quelque chose de plaisant ou de déplaisant, il comprend les choses simplement comme ils sont, alors il n'a a pas de souffrance. Si vous ressentez la tristesse, sans un désir intense que cette tristesse s'en aille, vous continuez à ressentir la tristesse, mais sans en souffrir et peut-être en y trouvant une richesse. Si vous ressentez de la joie sans désirer que cette joie perdure et s'intensifie, vous continuez à ressentir de la joie sans perdre votre paix intérieure.

Mais comment faire pour que l'esprit accepte les choses telles qu'elles sont, sans désir intense de les voir disparaître à jamais ou ne jamais disparaître? Comment faire pour accepter la tristesse comme tristesse, la joie comme joie, la douleur comme douleur? Gautama* développa un ensemble de techniques de méditation qui entraîne l'esprit à ressentir la réalité telle qu'elle est, sans autres attentes. Ces pratiques entraînent l'esprit à focaliser sa pleine attention sur la question "Qu'est-ce que je vis en cet instant?" plutôt que "Que voudrais-je plutôt vivre en cet instant?" (...) Quand les flammes des désirs d'autre chose s'éteignent complètement, le désir de ce qu'on n'a pas est remplacé par un état serein de contentement parfait, appelé nirvana (qui signifie extinction du feu). Ceux qui atteignent l'état de nirvana sont pleinement libérés de toutes souffrances. Ils ressentent la réalité avec clarté, libre de fantaisies illusoires. Bien qu'ils ressentiront très certainement encore des expériences déplaisantes ou douloureuses, ces expériences ne sera plus source de détresse. Une personne qui n'est pas en demande ne peut pas souffrir."

* Le prince Gautama, appelé Bouddha (celui qui est éclairé), à l'origine du Bouddhisme.

Empathie

L’empathie est la capacité à ressentir ce que vivent d’autres et à percevoir leurs besoins. Chacun est doté de ce sens empathique tout comme il est doté de ses 5 organes sensoriels. [1]

Plus précisément, l’empathie est la capacité à entrer en relation et en résonance avec d’autres pour se connecter à leurs émotions et besoins. [2]  Elle consiste en une présence, une attention et une écoute soutenues. Dans les relations d’aide, cette considération totale s’accomplit en se décentrant de ses propres émotions et besoins (en se mettant à la place de l’autre dans son cœur et sa tête). Dans les relations de réciprocité, cette considération est mutuelle.


 

[1] Cf. Heinz Kohut : « The empathic understanding of the experience of other human beings is as basic an endowment of man as his vision, hearing, touch, taste and smell.» The Restoration of the Self, 1977, p. 144.

[2] Cf. Simon Baron-Smith :
          « Empathizing (…) is done in order to (…) connect or resonate with them emotionally ».
          « Empathy is about spontaneously and naturally tuning into the other person’s thoughts and feelings ».
          The Essential Difference: The Truth about the Male and Female Brain, New York: Basic Books, 2003, p. 2-5

Intelligence émotionnelle

I. Capacité à prendre de la hauteur par rapport à ses émotions et à celles des autres, et de pouvoir par là:

  1. comprendre les causes et effets des émotions
  2. les reconnaître chez autrui
  3. reconnaître ses propres émotions
  4. avoir des émotions justifiées
  5. réguler ses propres émotions
  6. gérer les émotions d'autrui

Source: David Saunders, conférence du 20.4.2016, Radix, Collège de l'Elysée, Lausanne.

Ces composantes sont chacune centrales aux dynamiques de la culture de la paix, et le 6e point - la capacité d'aider les autres à gérer leurs émotions - est au coeur des réflexes de paix