Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Bonheur National Brut et Education

La philosophie qui nourrit le la réflexion sur le Bonheur National Brut (BNB) estime qu'il ne peut y avoir de transformation d'une société sans changement personnel. Pour qu'une économie soit bienveillante, il faut que l'individu développe sa propre capacité à la bienveillance. Une société reflète les croyances des individus qui la composent : pour que se mettent en place des structures respectueuses de l'environnement et des autres êtres humains, il faut que ces qualités-là soient pratiquées et vécues par chacun. La bienveillance, la compassion, la résolution des conflits dans le respect mutuel étant des compétences qui s'apprennent et s'exercent, introduire un indice du bonheur national brut implique entre autres de développer ces compétences dans l'éducation."

  • Source : Journal "Le Temps", quotidien suisse, p.13, section Débats, "Bonheur national brut: dépasser le dogme de la croissance"
  • Date de publication : 11 avril 2018
  • Thèmes : Attitudes , Bienveillance , Détachement , Bonheur , Éducation
  • Commentaire :

    La philosophie de Graines de Paix est alignée avec cette pensée: si nous voulons un monde meilleur, où règne la sécurité (pas de violence, ni de crainte de violence), et plus encore, l'entente, l'harmonie, la cohésion sociétale, avec des citoyens doués d'intelligence émotionnelle et de compétences de discernement, c'est possible par une éducation transformée, comme cela se fait actuellement dans plusieurs pays phares. L'effet est profond, car cet apprentissage se fait jour après jour, année après année, dès l'âge de socialisation (3-4 ans) et tout au long de la scolarité.

    Delia Mamon, Graines de Paix

ESTIER THEVENOZ Sabine ESTIER THEVENOZ Sabine

Journaliste indépendante, ancienne membre de la Commission d'évaluation des politiques publiques du canton de Genève, responsable d'un programme de logement étudiant chez les personnes âgées (1h par m2).