Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

DIDIER Georges

photo

Psychothérapeute, fondateur de la revue "Alternatives non-violentes". Spécialiste de l'action non-violente et de ses aspects à la fois psychologiques et sociaux. Formateur et conférencier.

Français
 - 

Publications

  • L'expérience de la non-violence, 2006
  • Constellations symboliques et spirituelles, 2008

Dépasser la peur par la non-violence

Il s'agit bien d'un état d'esprit. Celui du non-violent a renoncé, une fois pour toutes, à détruire l'autre. Il essaye de rentrer en noblesse. Cela fait donc de lui, en quelque sorte, un héros intérieur...

L'action non-violente - une question de courage

Dans l'action non-violente : le courage est évidemment la valeur première qui fait que l'être va agir face à une situation qu'il perçoit injuste. Par le courage, il vibre de cette mobilisation qui va le porter et le soutenir pendant la lutte.

La non-violence, un choc pour l'esprit

Face à la barbarie, à la violence ou à l'injustice, la non-violence propose un choc de conscience.

La non-violence, une nouvelle représentation des confrontations

En cherchant à être cohérente avec des moyens justes, la non-violence vise donc la conscience. Elle cherche à sortir des violences corporelles ou matérielles pour toucher l'esprit. Mais surtout, elle tente de générer un nouveau paradigme, une nouvelle représentation des confrontations, où chacun serait gagnant au moins par le chemin intérieur parcouru pendant le conflit. Elle tente ainsi de poser l'humain en dignité.

Les Joyaux de la non-violence

La non-violence pose plusieurs principes. D'évidence, celui de ne pas tuer. Mais son joyau le plus cher est la découverte et la très forte affirmation que le changement passe avant tout par une cohérence entre les moyens et la fin proposée. Une société de justice ne peut advenir que par des outils de justice... et une révolution faite dans le sang engendrera un régime totalitaire.

Répondre par la conscience

A la violence, le non-violent tente de répondre par la conscience, car il ne veut pas surajouter de la violence à la violence.