Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Innocence

Une autre idée que je me fais sans preuve (sans autre preuve que de ne pouvoir m’en départir), c’est qu’au commencement était le bien. Le bien, le beau, le vrai, ce qui est tout un.

C’est le mal, le laid, le faux qui sont adventices, même quand ils l’emportent pour un temps, par exemple présentement. Cela, je l’éprouve en chacun et à chaque instant ; et en voici le témoignage le plus familier : « lorsque l’enfant paraît… ». N’importe quel petit enfant, n’importe quel visage qui l’aperçoit s’éclaire aussitôt, même celui du malade, du mourant, de l’abandonné ; même, à sa seule voix, celui de l’aveugle.

Ainsi, le simple aspect de la grâce, de l’innocence et surtout de cette « sans défense » qui, pour un instant, nous délivre de notre peur, suffit à raviver en nous la source de gratuité que l’être humain (et lui seul) traduit par le sourire.

  • Source : Ce que je crois, éd. Grasset
  • Date de publication : 1970
  • Thèmes : Peur
photo CESBRON Gilbert

Ecrivain, romancier, essayiste, auteur dramatique d'inspiration catholique.