Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Ma lumière intérieure

- Qu’est-ce que tu fabriques avec une lampe de poche allumée en plein jour ?
- Je fais grandir ma lumière intérieure.
- Oh lala ! Je ne comprends rien !

- Ma lumière perso, ça t’va ? Ma mère passe son temps à me dire : tu devrais cultiver ta lumière intérieure. Mais, je ne sais pas comment on fait. Alors de temps en temps je prends une lampe de poche, j’ouvre la bouche et je m’éclaire les amygdales en espérant que cela aille plus loin.

- J’en n’ai jamais entendu parler. C’est quoi ton problème ? C’est un virus ?
- C’est pas un problème, c’est ma richesse, quoi ! Mieux, c’est mon soleil.
- Mais, qu’est-ce que tu me racontes ? Tu te prends pour une planète maintenant ? T’es bizarre aujourd’hui. T’as avalé une encyclopédie ma parole !

- Bon, je t’explique, ta lumière intérieure c’est tes qualités qui font de toi un être lumineux. Il paraît que c’est visible.
- Ah ! Et comment tu vois ça toi ? Passe-moi ta lampe que je regarde. Ouvre la bouche ! Plus grand. J’vois rien !
- T’es sûr ? Attention, ma mère, c’est pas une menteuse. Faudrait peut-être regarder ailleurs ?

- Dans les oreilles ? Fais voir ? C’est tout noir dedans.
- Pourquoi tu rigoles ? Qu’est-ce t’as vu ? Elles sont sales ?
- Mais non ! Arrête de stresser ! Quand j’éclaire tes oreilles, elles deviennent toutes rouges comme celles d’un cochon, alors ça m’fait rire !

- Tu m’insultes là. Attention, limite ! Tu débordes !
- T’énerves pas ! J’ai pas trouvé de trésor dans tes oreilles et encore moins un soleil ou un spot ! Je sais même pas ce qu’on cherche, alors c’est difficile de trouver.
- Et sur mon dos, tu vois quelque chose ? Qu’est-ce que tu vois ?

- Rien ! Enlève tes baskets, je vais t’éclairer entre les orteils… on ne sait jamais où un trésor peut se cacher.
- Y’a rien ! Tu vois bien que c’est pas là qu’il faut chercher.
- Elle t’a pas donné d’autres indices ta mère ?

- Juste que c’est à l’intérieur, mais de quoi… je ne sais pas !
- J’ai trouvé ! C’est sûrement dans ta tête ou dans ton cœur.
- Si c’est ça, comment on fait pour regarder dedans ? Mission impossible !
- Donc, c’est pas une vraie lampe, une vraie lumière. C’est juste une manière d’être et c’est pour ça que c’est visible pour les autres.

- Y’a cinq minutes tu savais même pas de quoi je te parlais et maintenant tu me parles comme un prof’. C’est grave !
- Tu me cherches toi ! Tu vas finir par me trouver, alors arrête !
- D’accord, j’me calme !
- Si avoir des qualités, ça veut dire être riche. Alors il faut que tu cultives tes qualités. Peut-être que ta mère voudrait que tu t’améliores.

- Mais comment tu peux savoir ça toi ? Tu m’énerves ! Qu’est-ce t’en sais ?
- C’est toi qui me l’as fait comprendre. Au lieu de te fâcher, tu devrais être content de m’avoir appris quelque chose ! Tu cherches un trésor, tu me demandes mon aide et quand je le trouve, t’es pas content. Faudrait savoir ce que tu veux !

- J’ai compris, te fatigues plus. Tu sais ce qu’elle a voulu dire ma mère ? Que je dois mettre en veilleuse mes défauts !
- Comme t’énerver par exemple. Mais fais gaffe, si tu t’améliores trop, un jour tu vas finir en réverbère à un carrefour.
- Si c’est pour éclairer ma route et la tienne… pourquoi pas ?

 

Sketch écrit pour Graines de Paix par Emilie Salamin-Amar.

© 2006 Emilie Salamin-Amar des Editions Planète Lilou.
Tous droits réservés. Reproduction commerciale interdite.