Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

d'ANSEMBOURG Thomas

photo

Psychothérapeute, auteur, conférencier et formateur en relations humaines qui se base sur l'ouverture du cœur.

Belge
1957 - 

Biographie

Thomas d'Ansembourg était d'abord avocat, puis juriste d'entreprise. Voulant donner un sens à sa vie, il s'était ensuite investi dans une association d'aide aux jeunes en difficulté, les accompagnant dans le désert ou d'autres lieux leur permettant l'apprentissage et le développement de soi. Il suit alors la formation donnée par Marshall Rosenberg en communication non-violente (CNV).
Il est membre fondateur de l'association Coeur.com avec Guy Corneau, psychanalyste canadien et membre du Comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Publications

  • Guerre et paix dans le couple: petites mises en scène(s) de ménage, 2006 (DVD)
  • Être heureux, ce n'est pas nécessairement confortable, 2004
  • Qui fuis-je? Où cours-tu? À quoi servons-nous? Vers l'intériorité citoyenne, 2002
  • Cessez d'être gentil, soyez vrai!, 2001

Citoyenneté et conscience

Il n'y a pas de citoyenneté sans conscience. (...) La citoyenneté d'aujourd'hui, élargie au village global, a besoin de s'enraciner dans une conscience élargie.

Dépasser les obstacles à la paix

Ce qui manque devant l'obstacle, ce n'est pas les moyens pour le dépasser, mais plutôt la capacité de recul qui permet de trouver ces moyens et d'envisager comment démonter l'obstacle, le traverser, le contourner, sauter par-dessus ou glisser par-dessous, "faire avec" ou même l'utiliser.

L'expansion joyeuse

Une partie de nous sait que nous vivons en réaction (tiraillés entre ce que nous aimons ou n'aimons pas, ce dont nous avons envie ou n'avons pas envie, ce qui nous peine et nous réjouit) et non en création (inspirés par notre élan profond, au delà des circonstances).

Mal-être et violence

Beaucoup d'actes de violence et de délinquance sont des signes de détresse, personnelle ou collective, et peuvent se comprendre comme des tentatives désespérées de retrouver un ersatz de bien-être en faisant des mauvais coups.