Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Indignation

Sentiment de colère et/ou de révolte provoqué par un injustice, une action ou une décision portant atteinte à la dignité de l'homme.

 

Il existe, me semble-t-il, deux classes bien distinctes de motivations (ou de motifs) de l'indignation. (...)
La première motivation relève de la défense d'intérêts "privés". (...) Tout ce qui, alors, entrave, contrecarre, nuit aux intérêts, fussent-ils égoïstes ou injustes, du "clan" sucitera de l'indignation. Ces intérêts peuvent également couvrir un cercle plus large de personnes (entreprise, parti politique, équipes, églises, institutions, ethnies, régions, nations, etc.). (...) porter atteinte aux intérêts du groupe soulève immédiatement la réaction indignée de ses membres. Indignation partisanne, (...) en ce que, premièrement, elle prend la défense d'intérêts particuliers non universalisables (...). Indignation partisane, deuxièmement, en ce qu'elle désigne des "ennemis" avec lesquels il ne serait pas possible de jamais s'entendre, puisque défenseurs d'intérêts divergents, opposés et incompatibles. L'indignation s'élève contre des adversaires qu'on veut affaiblir ou anéantir au nom de la libre concurrence.
La seconde motivation de l'indignation présente deux autres visages, qui lui donnent plus de consistance, plus de légitimité, donc plus de force pour des engagements à long terme. Premier visage: l'indignation s'appuie sur les règles fondamentales de la justice, ou relevant d'une conception "bien pesée" du juste (...). L'indignation se lève alors pour protester contre des infractions graves au pricipe d'équité: discriminations, inégalités, abus de pouvoir, exclusions, promesses (politiques) non tenues (...). Il s'agit (...) d'une indignation proprement "éthique", qui se réfère en ce cas à des valeurs reconnues comme fondamentales et non négociables, dont, par exemple, la Charte des Droits humains (...).
L'indignation légale et l'indignation éthique présentent des caractéristiques étonnantes, paradoxales, au regard des indignations (partisanes): elles n'ont pas d'ennemis à exclure! Bien entendu, il existe des ennemis de la liberté, de l'égalité, du respect de la dignité des personnes mais l'indignation légale et éthique ne réduisent pas ces ennemis au rang de bêtes sauvages. Elles les incluent au contraire dans le régime et le bénéfice des valeurs qu'elles promeuvent: n'est-ce pas au nom de la justice qu'une fois arrêtés, les tyrans, les dictateurs, les criminels de guerre ne sont pas exécutés séance tenante au moment de leur arrestation, mais bénéficient d'une procédure judiciaire en bonne et due forme (TPI)?

Navigation
Retrouvez-nous sur :